Travaux du réseau

Der fotografische Vergleich in der Stadtforschung: Themen, Dimensionen und Potenziale

Journée d’étude du 11 juillet 2011

Lieu : HafenCity Universität, Hambourg

Organisatrice : Prof. Dr. Alexa Färber (Kultur der Metropole, HCU Hamburg)


Le 3ème atelier du séminaire « Photographier la ville », qui s’est déroulé à la HafenCity Universität d’Hambourg le 11 juillet 2011, se proposait d’aborder la question de la comparaison photographique dans la recherche urbaine : Quel est l’apport de l’outil photographique dans un travail comparatif ? Pour quels types de comparaisons et quels sujets la photographie se prête-elle à l’analyse urbaine ? Comment les différentes disciplines qui s’intéressent à la ville mobilisent-elles la photographie comme outil de comparaison ?

La matinée « 6 photographes, 17.000 photos et un projet de développement de ville : les dimensions comparative d’un livre » a été consacrée à la présentation, par Martin Kohler (City development, HafenCity Universität Hamburg), d’un travail collectif sur le quartier de HafenCity à Hambourg1. Cette ancienne partie du port de Hambourg, située à proximité du centre-ville, fait en effet l’objet d’un projet de réaménagement depuis 2007. L’espace public, au cœur de la conception de la HafenCity et présenté comme une condition préalable au développement d’une vie urbaine publique, attire l’attention de ces six chercheurs et photographes, qui ont alors examiné la vie quotidienne prenant forme dans la partie déjà livrée de ce nouveau quartier. Les questions ayant guidé cette recherche sont les suivantes : Quels sont les pratiques et les représentations des usagers dans les différents lieux qui composent l’espace public du quartier ? Quel effet la qualité esthétique de l’espace a-t-elle sur la présence et le comportement des usagers ? Quelles sont les formes de conflit ou d’interactions s’établissant entre les usagers ? Quels usages, imaginés par les concepteurs du quartier, ne sont finalement pas observés dans ces espaces publics ?

La communication de Martin Kohler, « A pile of pictures and an ethnographic toolbox – how to visualize social processes in the public space of the HafenCity Hamburg as photographic representations? », visait à démontrer l’intérêt de la méthode ethnographique et photographique pour répondre à ces questions. Pendant deux mois, l’équipe a ainsi photographié la vie quotidienne dans le quartier, cherché à analyser les usages de ces lieux et relevé les marques d’appropriation de l’espace par les usagers, plusieurs fois par jour, dans des conditions météorologiques différentes et pendant des jours différents de la semaine. Si la photographie comme méthode d’enquête est apparue la plus appropriée à ces chercheurs, c’est parce qu’elle permet d’observer les actions et les acteurs, d’enregistrer le contexte pour une analyse ultérieure mais aussi de produire du savoir en permettant de visualiser des pratiques que ni les concepteurs, ni les chercheurs n’avaient préalablement envisagées. La photographie dans la recherche urbaine a ainsi l’intérêt de simultanément documenter et explorer, de plus elle offre la possibilité d’analyser les lieux sans pour autant être sur place.

Etant donné le nombre très importants de documents ainsi accumulés, les chercheurs ont du opérer un tri. Les 17 000 photographies ont ainsi été regroupées en un millier de sous-ensembles thématiques. Les critères de tri prenaient en compte la « profondeur typique, spéciale, mentale » des photographies, c’est à dire l’importance et la complexité de l’information résumée dans l’image, le reflet de la réalité qu’elles offrent du point de vue des photographes et donc leur significativité. Ces regroupements thématiques d’images ont donc nécessité l’inventaire des personnes, activités, objets et espaces photographiés. Il s’agissait ainsi non seulement de définir des groupes d’acteurs et de les localiser dans l’espace du quartier, mais aussi de faire l’inventaire des lieux selon les différents usages qui y sont observés.

A partir de cartes et de photographies extraites du corpus de cette recherche, Martin Kohler clôt sa communication en en présentant quelques résultats. Plusieurs types d’espaces et d’usages ont ainsi été mis au jour : des espaces de promenade pédestre, des espaces de détente tels que les marches, les bancs ou encore les bords des trottoirs, des espace de travail, des espaces pratiqués pour la vue qu’ils offrent, etc. Les photographies donnent aussi à voir des détournements d’usage : des personnes assises au milieu d’espaces conçus pour la circulation ou encore des murs sur lesquels les jeunes grimpent en s’appuyant sur des briques qui n’avaient initialement qu’une vocation esthétique.

Hortense Soichet (photographe, Paris) ouvre la discussion en soulignant la richesse de ce travail qui offre une cartographie fine du territoire étudié et renseigne sur la façon dont cet espace est approprié par les usagers. L’intérêt de cet essai photographique vient de la quantité des images collectées et de la diversité des points de vue adoptés qui permettent de produire un imaginaire des lieux cohérent dans son ensemble. Elle soulève alors un certain nombre de questions à propos de la réappropriation d’un tel corpus par la recherche urbaine, du lien entre ambition artistique et démarche scientifique d’un tel travail photographique, des critères de classements des photographies et des textes qui les accompagnent.

Héloïse Nez (sociologue, LAVUE-CRH) revient quant à elle sur l’intérêt de la photographie dans la comparaison en sciences sociales. Elle distingue trois niveaux de comparaisons : celui des points de vue des différents photographes, celui de l’espace tel qu’il est conçu et tel qu’il est approprié, celui des différents usages d’un même espace. Elle s’interroge sur l’intérêt de la réalisation d’entretiens, en complément des observations photographiques, qui permettraient de recueillir le point de vue des usagers et de dépasser ainsi le seul point de vue des photographes. Plusieurs éléments attirent ensuite son attention : la dimension politique et l’utilisation de ces espaces publics pour des revendications politiques ; la question des conflits, évoquée mais peu visible dans les photographies ; la question de l’influence du commanditaire sur l’orientation du travail de recherche.

 La discussion engagée avec la salle revient enfin sur la question de la classification des photographies et sur celle du contrôle et de l’exclusion (à qui est destiné ce nouveau quartier ? quelles en sont les personnes exclues ? comment est contrôlé l’espace public ?)

L’après-midi « La photographie urbaine comme pratique comparative dans la recherche et dans la vie quotidienne » s’est ouverte sur la présentation de Juliette Aubrun (historienne, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) intitulée « From document to research tools : Photography as comparative mean in diachronic historical research ». Cette historienne propose une réflexion sur les usages possibles de la photographie selon deux perspectives : d’une part, la question du statut de document historique que les chercheurs en histoire ont progressivement reconnu à la photographie ; d’autre part, la question de l’utilisation de l’outil photographique par les historiens dans leur démarche d’enquête.

Elle revient ainsi dans un premier temps sur le lent processus de légitimation de l’image, en général, et de la photographie, en particulier, comme document historique. Après avoir introduit son propos en soulignant l’importance de l’iconographie en histoire médiévale, elle en arrive aux premiers usages de la photographie comme document et témoignage de la réalité fixée sur une plaque dès la seconde moitié du XIXe siècle, tel les nombreuses missions de collecte de photographie de monuments et de quartiers (la mission héliographique française de 1851 par exemple). Ce n’est qu’après le renouvellement de l’histoire culturelle et de l’histoire des médias au 20ème siècle qu’émergent en France des recherches utilisant les images photographiques non dans un simple but d’illustration, mais avec la volonté de proposer une démarche d’enquête spécifique.

La photographie, ancienne mais aussi actuelle, a ainsi pu être utilisée comme un moyen d’approcher la mémoire de l’espace urbain en y relevant les traces du passé. La photographie sert aussi à l’histoire orale : comme support en entretien, les photographies anciennes peuvent être montrées aux habitants afin de faire émerger les souvenirs sur leur vécu de l’époque. La photographie contemporaine, par la comparaison avec un matériau iconographique plus ancien, peut aussi être utilisée pour mettre en évidence l’évolution de la forme de la ville et des usages. Dans cette perspective, la comparaison de cartes postales anciennes permet de saisir les éléments du paysage que les acteurs du début du siècle considéraient comme remarquables et de s’interroger sur la nature de ces éléments remarquables.

Madlen Pilz et Melanie Krebs (anthropologues, Humboldt Universität Berlin) ont ensuite fait une présentation à deux voix, intitulée « Photographic urban transects. A methodology in progress ». Elles proposent une lecture de leurs recherches à partir de la notion de « transect » (coupe transversale) qu’elles présentent comme un instrument de recherche permettant de saisir la quantité et la distribution d’une population ou d’un matériau dans un secteur déterminé. Les occurrences territoriales ainsi relevées par ces deux chercheuses visent à analyser les transformations post-socialistes du paysage et de la structure des villes de Bakou (Azerbaïdjan) et Tbilissi (Géorgie).

Le transect, tel qu’il est appliqué au cas de Tbilissi, se concentre plus particulièrement sur les changements de la structure de la ville et l’évolution de la fonction de certaines zones urbaines mais aussi sur les modes de perception et d’appropriation de l’espace de la ville. La série de photographies extraites de cette coupe transversale donne ainsi à voir l’évolution des symboles du pouvoir dans la ville-centre, la juxtaposition des architectures anciennes et modernes dans les zones résidentielles mais aussi les stratégies mises en œuvre par les habitants, qui s’approprient, par l’occupation ou la construction, certains espaces de banlieue délaissés par les pouvoirs publics.

 Le transect, tel qu’il est appliqué au cas de Bakou, se penche sur les plaques de rue, les numéros de maisons et les plaques commémoratives qui sont analysés en lien avec les façades sur lesquelles ils se trouvent. Les plaques commémoratives contemporaines, qui montrent le remplacement des héros soviétiques par ceux du nouvel état indépendant, s’observent surtout dans le centre ville, alors que des plaques datant de l’époque soviétique, en diminution, se trouvent dans toutes les zones urbaines. Les plaques de rue et les numéros de maisons permettent ensuite de suivre les changements qu’ont connus l’alphabet et la langue. Tandis que les panneaux bilingues de l’époque soviétique ont été remplacés par des panneaux en azéris en banlieue, des panneaux en grès typique du 19ème siècle ont été crées pour le centre ville afin de souligner l’historicité de la ville. Les panneaux et numéros de rue montrent globalement les changements dans la matérialité même de la ville selon leur aire d’implantation : du grès traditionnel, utilisé dans le centre ville, des plaques en céramique sur les façades des immeubles modernes en verre et des panneaux métalliques bon marché accolés aux maisons en ciment de banlieue.

La dernière communication de la journée, « Looking, Seeing, Taking Pictures: A comparative study of observational practices in urban space », est enfin présentée par Melanie Keding (anthropologue, Universität Tübingen). Elle propose une approche micro-analytique des « pratiques visuelles » des usagers quotidiens de l’espace urbain et cherche à comparer et à discuter l’utilisation croisée des méthodes d’entretien et photographique. Les pratiques visuelles définissent en effet les relations possibles entre l’objet observé et l’observateur et sont aussi bien présentes dans les expressions verbales que photographiques. Ces prises de vue et ces discours ne sont pas tant analysés comme le produit d’une connaissance cognitive des enquêtés mais comme la conséquence de l’« atmosphère », qui fait sentir aux usagers l’importance d’un objet plutôt qu’un autre. Il s’agit alors de s’interroger sur les « atmosphères » reflétées par les pratiques visuelles et sur le rôle de la photographie dans la figuration de ces pratiques visuelles.

L’enquête de terrain, menée sur la Münsterplatz de Ulm, repose donc sur des entretiens réalisés auprès des usagers et sur les photographies que Melanie Keding leur a demandé de réaliser. Si les pratiques visuelles « Looking up to something » qui illustrent la hauteur et « taking pictures » qui reflètent des atmosphères significatives (telles qu’elles sont par exemple représentées dans les médias), les pratiques « Looking at something while walking » et « Practice of Watching People » ne sont pas exprimées via l’outil photographique. Ces deux pratiques sont caractérisées par le mouvement, de l’observateur dans le premier cas et des personnes observées dans le second cas. Il apparaît donc que le mouvement et la dynamique sont difficilement représentables visuellement. A l’inverse, la pratique photographique permet de rendre compte des dimensions sémiotiques des atmosphères.

La journée se termine sur une discussion avec la salle introduite par Janina Kriszio (anthropologue, HafenCity Universität Hamburg) et Lydie Launay (sociologue, LAVUE-CRH). Cette discussion revient sur les enjeux méthodologiques de l’usage de la photographie dans la recherche urbaine (choix des terrains et des modalités des prises de vue, choix des photographies utilisées, étendue et limites des contextes d’application de la méthode etc.) mais aussi sur les enjeux épistémologiques d’une telle posture méthodologique (dimension réflexive du travail d’analyse, réflexion sur le statut de la photographie comme moyen de représentation de la réalité).

Ce 3ème atelier du séminaire « Photographier la ville » a finalement donné lieu à de riches échanges, à partir de recherches empiriques diverses, sur le rôle de la photographie comme moyen d’analyse et de comparaison des modes d’appropriation de l’espace urbain. Il a ainsi été montré que la photographie se prêtait à différents aspects du travail comparatif, à différentes étapes de la recherche, et pouvait être exploitées de diverses façons.

Ces réflexions se poursuivront lors du colloque de clôture, « Photographier la ville contemporaine (19e-21e siècles), les usages de la photographie dans la recherche urbaine », organisé à Nanterre les 8 et 9 décembre 2011.

1 Jürgen Bruns-Berentelg, Angelus Eisinger, Martin Kohler, Marcus Menzl, 2010, HafenCity Hamburg: Neue urbane Begegnungsorte zwischen Metropole und Nachbarschaft / Places of Urban Encounter between Metropolis and Neighborhood, Wien/New York, Springer, 460 p.

Texte : Lucie Bony, Photos (c) Sylvaine Conord

Téléchargez le compte-rendu ici : Compte rendu Hambourg-11072011

Téléchargez le programme ici : programme-journee-hambourg-11072011

Photographie et enquête sociale sur l’habitat : une affinité élective ?

Journée d’étude du 7 mars 2011

Lieu : Paris, ENSA Paris-Val-de-Seine

Organisatrices : Cécile Cuny (CRESPPA-CSU), Héloïse Nez (LAVUE-CRH)

La seconde journée d’étude organisée dans le cadre du programme « Photographier la ville, une nouvelle dimension de l’enquête » réunissait les membres du programme sous le thème « Photographie et enquête sociale sur l’habitat : Une affinité élective ? ».

Comme l’ont présenté Cécile Cuny (CRESPPA-CSU), Héloïse Nez (LAVUE-CRH) et Jean-Pierre Lévy (directeur de recherches CNRS et directeur du LAVUE) en guise d’introduction, l’atelier avait notamment comme objectif de revenir sur les enjeux sociaux, politiques, culturels et scientifiques que soulève la proximité entre les démarches documentaires et scientifiques à partir de différents travaux portant sur les transformations de l’habitat dans les grandes métropoles occidentales. La journée a également été mise en perspective avec l’ensemble du programme consacré à la thématique Photographie et recherche urbaine. Les pistes dégagées à travers la première journée d’étude du 19 novembre 2010, consacrée à un état des lieux de l’utilisation de la photographie en recherche urbaine, ont notamment été rappelées.

La première séance, présidée par Jean-Pierre Lévy, était consacrée à la présentation du travail de documentation photographique par le photographe Camilo José Vergara, qui, depuis les années 1970, s’intéresse aux transformations des ghettos américains. Ainsi, c’est notamment à travers des clichés de Harlem, un quartier de Manhattan (New York) que Vergara a mis en exergue les liens entre la photographie et l’enquête sociale.

En photographiant le quartier de Harlem sur une période d’environ 40 ans, Vergara a pu saisir plusieurs dimensions des transformations urbaines de ce lieu.

  • La photographie est un procédé pour saisir les pratiques sociales, culturelles ou religieuses des habitants du quartier. Elle permet de souligner différentes manières d’appropriations et d’utilisation de l’espace public et d’expression ou revendication de leur identité (par exemple à travers des emblèmes, symboles ou graffitis apposés sur les murs ou les bâtiments du quartier). Elle permet également de fixer visuellement ce qui est partagé ou communiqué au sein de l’espace public, la manière dont les personnes veulent se montrer ou paraître.
  • La photographie permet de rendre compte de l’influence des temporalités (jour-nuit, les saisons) sur les pratiques sociales des habitants du quartier, sur la manière dont un lieu est investi.
  • La photographie est un instrument qui peut mettre en perspective et contraster différentes manières de voir une ville (par exemple l’image de la ville de New York comme la plus moderne du monde, mais au sein de laquelle, dans les années 1970, un homme utilise un cheval et un char comme véhicule de travail). Elle permet donc une réflexion sur la manière d’appréhender l’image de la ville ainsi que ses différentes échelles.
  • La photographie d’un même lieu à différents moments permet de montrer les transformations du bâti (dégradation ou renouveau), et de mettre en exergue certains phénomènes tels que la gentrification ou la mondialisation. Elle permet également de rendre compte des aspects esthétiques, architecturaux du bâti.

Ainsi, l’image photographique permet non seulement de saisir des aspects visuels et émotionnels d’un lieu, mais elle est également un témoin historique, qui permet de fixer et de laisser des traces de ce qui a existé. Photographier va également dans le sens de fixer l’imaginaire d’une partie de la ville.

Camilo José Vergara a fait voyager son public avec beaucoup de sensibilité à travers une quarantaine d’années de transformations urbaines. Ses travaux et archives photographiques sont d’un intérêt particulier pour les historiens, collaborations qui ont mené à la publication de plusieurs ouvrages. En septembre 2011, University of Chicago Press va publier son livre « The Unmaking of a Ghetto: Harlem, 1970-2009 ».

La discussion de cette première intervention était introduite par Claire Poitras (Professeure d’études urbaines et directrice du Centre Urbanisation Culture Sociétés, Institut National de la Recherche Scientifique de Montréal) et Marie-Hélène Bacqué (Professeure d’urbanisme à l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense et directrice de l’équipe LAVUE-Mosaïques).

Claire Poitras a notamment mis en exergue l’importance de la photographie au sein de la recherche urbaine. Ainsi, le travail avec la photographie permet de rendre compte d’une dimension émotionnelle, affective et subjective. Il rend l’invisible visible en proposant par exemple de considérer des processus de transformations de l’habitat dans le temps. Il offre également un regard sur un environnement bâti et la réalité sociale que l’on trouve dans un certain milieu. Les archives de photographes tels que Vergara constituent donc des ressources considérables pour les historiens (mais également pour les autres chercheurs en sciences humaines et sociales). Ainsi, la culture visuelle et iconographique est une porte d’entrée pour comprendre la ville et ses réalités matérielles et sociales.

Marie-Hélène Bacqué a mis en perspective le travail du sociologue (chercheur) et du photographe. Elle a soulevé toute une série de questions liées à l’éthique de leurs démarches respectives. Pourquoi choisir des terrains dits difficiles (qualifiés par l’ambivalence entre l’appréhension et l’attirance) tels que les ghettos américains et quels rapports cela construit avec les enquêtés ? Quel est le statut de l’observateur, et qu’est-ce que cela implique au niveau éthique ? Quels sont les enjeux d’une recherche impliquant des représentations visuelles – vecteurs émotionnels forts – pour les enquêtés ? Quelle forme d’engagement l’enquêteur prend-t-il en donnant une certaine lecture du quartier ?

La seconde séance, présidée par Alexa Färber (Professeure d’anthropologie urbaine, Université HafenCity de Hambourg), était composée de trois présentations de travaux autour du thème « Regards photographiques et sociologiques sur le logement ouvrier, 19e-21e siècles ». Ces travaux illustraient particulièrement bien la manière dont l’utilisation de la photographie permet aux sciences sociales de retracer des événements ou montrer des transformations.

Dans un premier temps, Catherine Tambrun (conservatrice au Musée Carnavalet) a présenté un extrait du fond photographique du Musée Carnavalet, le musée de l’histoire de la ville de Paris. Cet extrait était constitué d’une collection d’une association ouvrière, l’Union Photographique Française (UPF), qui photographiait les quartiers ouvriers parisiens au tournant des 19e et 20e siècles.

Catherine Tambrun a fait le lien entre l’histoire de Paris depuis la seconde partie du 19e siècle jusqu’au début du 20e siècle, et l’essor de la photographie comme outil pour les politiques urbaines. Ainsi, à partir du fond photographique conservé dans le Musée Carnavalet, l’existence de l’association ouvrière de photographes (UPF) qui a existé pendant près de 27 ans au début du 20e siècle a pu être établie. L’UPF, association bénéficiant de subventions de l’Etat, faisait des « photos administratives », notamment pour le service d’expropriation ou pour des bureaux d’ingénieurs. Ainsi, ces photographies, qui étaient jadis des outils de travail, représentent actuellement des archives offrant une vue sur les quartiers d’un Paris d’une autre époque.

Dans un deuxième temps, Philippe Bonnin (directeur de recherches CNRS et directeur de l’équipe LAVUE-AUS) a présenté son travail portant sur les transformations intérieures des appartements populaires. À travers sa recherche, il a montré une approche sociologique portant sur les usages de la photographie dans l’observation de la transformation des intérieurs.

Dans son enquête sur la manière d’habiter, il a utilisé des photographies judiciaires, dont la fonction principale est au départ de figer et de retenir les informations visuelles d’un lieu de crime, et qui permettent de voir par la suite des éléments qui n’ont pas pu être lus directement. Ces photographies ont ainsi pu lui fournir une grande quantité d’informations concernant la manière d’habiter des personnes, au niveau du mobilier et de leur agencement dans le logement.

Enfin, dans un troisième temps, Hortense Soichet (photographe et docteure en art et esthétique, EA Arts des Images et Art Contemporain, Université de Paris VIII) a présenté un portrait photographique de la « zone urbaine sensible » de la Goutte d’Or à Paris. Elle a présenté un reportage photographique réalisé dans le cadre de sa thèse de doctorat, dans lequel elle voulait donner une image d’un quartier à partir de photographies d’intérieur de quatre-vingts logements.

Après avoir inventorié plusieurs recherches faites par des photographes sur les manières d’habiter des personnes (François Hers, Béatrice Minda, Sophie Ristelhueber), Hortense Soichet a présenté la démarche de son enquête, le choix de son terrain et les difficultés que l’on rencontre dans ce type de recherches. Puis elle a dévoilé un extrait de son œuvre photographique, en expliquant ses choix méthodologiques de représentations du logement. Elle a également abordé largement la dimension éthique de son travail, allant de la négociation à la diffusion des photographies avec les enquêtés en passant par le positionnement du chercheur lors d’une enquête engagée.

Au terme de ces trois présentations, une discussion, introduite par Yankel Fijalkow (professeur de sociologie à l’ENSA Paris-Val-de-Seine, LAVUE) et Camilo José Vergara (photographe) s’est fixée autour de plusieurs questions :

  • Comment définir les différentes manières de faire de la photographie (photographie engagée, photographie sur commande) et qu’est-ce que cela implique pour le photographe ?
  • La question de l’intimité, la tension extérieur-intérieur : comment entrer dans un lieu intime et en rendre compte tout en le respectant ?
  • Question d’échelle : dans quelle mesure est-ce que le quartier pénètre dans le logement, lorsqu’il s’agit de montrer plusieurs facettes d’un quartier à travers la photographie d’appartements?
  • Dans quelle mesure l’appareil photographique permet-il de réduire (ou augmenter ?) la distance enquêteur-enquêté ?
  • La photographie comme un travail collaboratif et négocié (exemple : peut-on photographier les rats dans un quartiers sans réflexion autour de l’image qu’un tel cliché peut diffuser, et l’implication qu’elle peut avoir sur la population résidente en termes de stigmatisation ?).
  • Quelles sont les relations entre la perspective artistique et sociologique d’une enquête utilisant la photographie, et comment gérer les deux approches ?
  • La question des choix auxquels les photographes aussi bien que les chercheurs sont confrontés : comment les rendre transparents, comment en rendre compte ?

La prochaine rencontre du réseau aura lieu à Hambourg à l’Université HafenCity, le lundi 11 juillet 2011, pour une troisième et dernière journée d’étude portant sur « La photographie comme outil de comparaison », avant le colloque de clôture du 8-9 décembre 2011, intitulé « Photographier la ville contemporaine (19e-21e siècles), les usages de la photographie dans la recherche urbaine ».

par Isabelle Schoepfer

Téléchargez le compte-rendu ici :Compte rendu Paris-07032011

Téléchargez le programme ici :programme-je-7mars-2-compresse

Atelier de lancement du 19 novembre 2010

Lieu : Paris, Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord

Organisatrices : Cécile Cuny (CRESPPA-CSU), Héloïse Nez (LAVUE-CRH)

Cet atelier inaugural, intitulé « Photographie et recherches urbaines : un état des lieux » réunissait l’ensemble des membres du réseau, soit une trentaine de doctorants et d’enseignants-chercheurs membres des organismes partenaires du programme (CIERA, MSH-Paris-Nord, CRESPPA-CSU, LAVUE, Institut d’Ethnologie Européenne de l’Université Humboldt à Berlin, Département de Sciences Sociales de l’ENS Ulm) et du département de géographie de l’Université de Fribourg (Suisse).

Cet atelier avait pour objectif de dresser un état des lieux de l’usage de la photographie dans les recherches urbaines du point de vue des différentes disciplines représentées au sein du réseau (anthropologie, sociologie, géographie, architecture, urbanisme, histoire).

Lors de la première table ronde, dédiée à la présentation des participants et de leurs thématiques de recherche, trois types d’attentes se sont dégagées des interventions :

– les sciences sociales et les recherches urbaines sont encore marquées par le poids de l’écrit. Intégrer la photographie dans ses recherches conduit ainsi à interroger la force de l’écrit mais aussi à sans cesse justifier la place de l’image par rapport à l’écrit ;

– vouloir utiliser la photographie dans une enquête sur la ville soulève d’emblée la question des méthodes de constitution d’un corpus d’images et de son exploitation systématique ;

– enfin, avoir recours à la photographie dans ses recherches suppose de mener une réflexion théorique sur la spécificité de l’image photographique, sur son statut par rapport à d’autres sources visuelles.

La première séance était consacrée à un état des lieux des usages de la photographie en histoire et en anthropologie urbaines. L’intervention de Juliette Aubrun (MCF en histoire contemporaine, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles-Saint-Quentin) était structurée par une réflexion générale sur le regard que la discipline historique porte sur la photographie. D’après elle, l’intérêt de l’historien pour la photographie concerne les usages sociaux qui en sont faits : ces usages révèlent la manière dont une société se pense ou s’imagine à un moment donné.

En histoire, la recherche urbaine n’est pas à la pointe de la réflexion sur l’image : 5 % des thématiques de recherche portent sur l’image ou les représentations de la ville. Cette réflexion est plutôt menée par les historiens des représentations, c’est-à-dire dans le cadre de travaux qui s’inscrivent dans le champ de l’anthropologie historique des images, de l’histoire culturelle contemporaine ou des Visual Studies. Par ailleurs, l’usage des images par les historiens a fait l’objet d’une légitimation récente : elle s’est faite à la fin des années 1980, notamment à travers l’histoire du cinéma. C’est à partir de ces travaux qu’a été soulevée une série de questions sur l’usage social des images, les cultures populaires, la réception. Mais les recherches qui s’avèrent les plus intéressantes du point de vue de l’analyse d’un corpus d’images sont celles des historiens médiévistes (Jean-Claude Schmitt, Jérôme Baschet). Ces travaux ont répondu de façon systématique aux questions de l’organisation scientifique des corpus, des pratiques sociales autour de l’image et de la diffusion du savoir (d’une culture élitiste) à travers l’image. En s’appuyant sur plusieurs exemples, Juliette Aubrun montre comment, à travers ces questions, la photographie permet de rendre compte de la spécificité d’un espace urbain, de la ville comme lieu d’une autre forme de culture (que la culture élitiste ou légitime), du lien entre organisation spatiale et pouvoir politique.

L’intervention de Sylvaine Conord (MCF en sociologie, Laboratoire d’anthropologie urbaine, Université Paris Ouest La Défense) s’attache à retracer l’évolution des relations entre photographie et anthropologie. Elle rappelle d’abord l’institutionnalisation concomitante de l’anthropologie et de la photographie à la fin du 19e siècle. A cette époque, la photographie est considérée comme une copie du réel et mobilisée dans les travaux comme preuve irréfutable. Par la suite, la photographie a été utilisée comme un instrument permettant d’augmenter la faculté de mémorisation du chercheur. Les premiers systèmes de datation et de classement sont mis au point dans le cadre des grandes expéditions du début du 20e siècle. Le premier travail anthropologique dans lequel la photographie intervient à toutes les phases du processus d’investigation reste cependant celui de G. Bateson et M. Mead (Basis of Photographic Analysis) : leur réflexion intègre des considération techniques et une analyse des interactions entre le chercheur-photographe et les personnes photographiées.

Dans le domaine des recherches urbaines, deux photographes ont eu une influence importante sur les photographies produites par les chercheurs : Atget (symbole par excellence de la société industrielle) et Evans (montage photo de la société). Ces deux photographes introduisent, à travers leurs travaux, une réflexion sur le mode de sélection des images. Le journal de terrain apparaît également comme une méthode de construction d’un regard sur la ville, partagée par les photographes et les anthropologues. A travers plusieurs exemples, Sylvaine Conord insiste sur les apports de la photographie aux recherches sur la ville : les images des habitants peuvent être utilisées dans une réflexion sur la mémoire de la ville (A. Montjaret, J.Y. Petitot). Plusieurs travaux se sont également intéressé à l’espace domestique (P. Bonnin), aux vagabonds (D. Harper), aux usages sociaux de certains espaces comme les cafés (S. Conord) ou aux processus de transformation de certains quartiers (J. Krase, Sociétés 2007/1).

La discussion de ces deux premières interventions, introduite par Cécile Cuny (Post-Doc, CRESPPA-CSU/Université Paris VIII) et Alexa Färber (Professeure d’anthropologie urbaine, Université HafenCity de Hambourg) s’est cristallisée autour des thématiques suivantes :

– le lien entre enseignement et recherche, la plupart des participants ayant commencé à s’intéresser à l’image dans le cadre de leurs enseignements ;

– l’importance en France comme en Allemagne des recherches en histoire médiévale pour la réflexion générale sur l’usage des images en sciences sociales ;

– le lien entre les concepts urbains avec lesquels les études urbaines travaillent et l’usage de la photographie : Est-il possible de réaliser une cartographie des concepts urbains et des pratiques photographiques correspondantes ? Peut-on repérer des affinités entre certains concepts de la ville et certaines pratiques de la photographie ? Par exemple, en Allemagne, la question des logiques propres des villes (Eigenlogik der Stadt) est actuellement très débattue et controversée : dans quelle mesure la photographie peut-elle y contribuer ?

La seconde partie de l’atelier était consacrée à une réflexion plus générale sur l’image et son statut à partir d’une intervention de Martine Bouchier (PR en esthétique, LAVUE, ENSA Paris-Val-de-Seine) et d’une présentation de Thierry Ramadier (CR CNRS en cognition sociale, LIVE). Martine Bouchier dégage plusieurs pistes de réflexion à partir de quatre oeuvres de la théorie esthétique. Elle s’interroge d’abord sur le statut particulier de la photographie, tel que le discute R. Barthe dans La chambre claire. A partir des travaux de Rosalind Krauss, elle insiste sur la notion de calibrage, soit le fait qu’une photographie est toujours produite en relation avec son support de reproduction : c’est un médium qui s’adresse à la masse et qui a vocation à être reproduite. Elle montre ensuite comment, dans Les voix du silence, André Malraux s’intéresse à la photographie pour son pouvoir homogénéisant : elle fait perdre leur échelle aux objets photographiés et permet ainsi la comparaison entre des oeuvres mineures et des oeuvre majeures. Walter Benjamin, dans l’Oeuvre d’art à l’âge de la reproductibilité technique, s’intéresse à la notion d’original : parce que la photographie est reproductible, le lien avec l’original se perd, en particulier l’émotion esthétique qui est ressentie lorsque le spectateur lui est directement confronté. Martine Bouchier termine son exposé par l’oeuvre de l’artiste Robert Smithson (mouvement du Land Art) qui photographie des lieux délaissés et met en évidence, dans la pratique qu’il a du médium, le pouvoir esthétisant de la photographie. Elle conclut son intervention par un exemple de narration tirée de ses propres recherches en architecture.

Dans son intervention, Thierry Ramadier propose une réflexion plus large sur la notion d’image en psychosociologie. Dans cette perspective, une image socio-spatiale est un ensemble de significations associées à un espace qui inclut des rapports de distance entre les différents éléments de sens qui la composent. Pour reconstituer une telle image, il est problématique de mobiliser la méthode du photo-interview : les images proposées comme supports d’entretien imposent des éléments de sens à l’enquêté. De même, donner un appareil photo à un enquêté soulève d’autres problèmes, comme celui de son rapport à l’outil technique : dans certains cas, il démultiplie les capacités des individus par rapport à l’écrit, dans d’autres cas, c’est l’inverse. Thierry Ramadier illustre son propos à partir de plusieurs exemples tirés d’une enquête menée sur l’aménagement du centre d’une commune à proximité de Strasbourg.

La discussion, introduite par Isabelle Schöpfer (doctorante en géographie, Département de géographie de l’Université de Fribourg/Suisse) et Khedidja Mamou (doctorante en urbanisme, LAVUE, ENSA Paris-Val-de-Seine), s’est cristallisée autour de deux questions :

– la notion d’image : quel est le statut de l’image photographique ? Il est important de distinguer entre les différents concepts d’image pour cerner la spécificité de l’image photographique ;

– les effets esthétisant de la photographie : comment le chercheur en sciences sociales travaille-t-il avec cela ? Est-ce un effet recherché ? Souhaitable ?

Cécile Cuny

Téléchargez la version pdf du compte-rendu ici : Compte rendu atelier 19 11 2010

Téléchargez le programme de l’atelier ici : programme-atelier-19nov10

Téléchargez les communications des intervenants ici :

2 pensées sur “Travaux du réseau”

  1. Les infos ici sur cette page sont bien intéressantes. J’ai vraiment bien aimé, un article qui est bien écrit et nous permet d’en savoir un peu plus sur le sujet. Bien vu !
    Amandine Luong / MELTY.FR

  2. Chères Cécile et Héloïse,

    Je regrette vivement ne pas avoir pu participer au débat final. Ce que j’aurais aimé y évoquer c’est le problème de le reproductibilité posé par Martine Bouchier mais à notre ère du tout visuel avec des droits à la reproduction de plus en plus restrictifs, malgré les libertés apparentes. Avec l’actuel droit à l’image, comment faire des photographies de l’urbain et ensuite pouvoir publier/utiliser ces images sans avoir de problèmes? J’aurais aimé posé ces questions à Sylvaine Conord pour savoir comment elle a géré le problème dans sa recherche des bars de Belleville. J’imagine qu’en négociant avec les propriétaires des lieux et des clients et en leur faisant signer une autorisation d’usage de leur image mais dans le cas de travaux dans des espaces tels qu’une place pour comprendre le fonctionnement de l’anonymat, comment y rémédier?
    Je sais qu’actuellement, il y a divers documents qui circulent et qui indiquent où demander et à qui demander les autorisations, comment procéder pour diffuser des images sur internet, mais est-ce vraiment gérable lorsque l’on pratique l’insu-ethnographique ou l’observation flottante en contexte urbain?

    Bref, je sais que personne n’a de réponse tout faite à cette question et que cela doit se gérer au cas par cas mais je crois que ce serait fondamental d’aborder le sujet lors d’une des séances prévues pour la suite des événements, en invitant par exemple des juristes et personnes qui ont été confrontées à ce problème.

    Je ne sais pas comment vous avez prévu de continuer les débats mais s’il est prévu d’avoir des échanges virtuels entre les réunions, je vous autorise à diffuser ces propos aux autres personnes présentes ce vendredi.

    Cordialement,
    Nadja Monnet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *