Journée d’étude

« Photographie et enquête sociale sur l’habitat : une affinité élective ? »

le 7 mars 2011, 10h-17h, à l’ENSA Paris Val-de-Seine, salle 718 (7e étage).

L’objectif de cette journée d’étude est de revenir sur les enjeux sociaux, politiques, culturels et scientifiques que soulève la proximité entre les démarches documentaires et scientifiques à partir de travaux portant plus spécifiquement sur les transformations de l’habitat dans les grandes métropoles occidentales.

La journée se décomposera en deux sessions. La première examinera les liens entre photographie et enquête sociale à travers le travail de documentation photographique que mène le photographe Camilo José Vergara sur les transformations des ghettos américains depuis les années 1970. La deuxième session sera consacrée à la confrontation entre trois projets photographiques portant sur l’habitat ouvrier dans les villes françaises aux 19e-21e siècles: celui de l’Union Photographique Française, une association ouvrière qui photographie les quartiers ouvriers parisiens à la fin du 19e siècle, le travail mené par Philippe Bonnin, anthropologue et photographe, sur les transformations des intérieurs ouvriers, enfin un reportage réalisé par la photographe Hortense Soichet sur la « zone urbaine sensible » de la Goutte d’Or.

Ces travaux seront discutés à l’aune de trois questions : celle de la photographie comme mode d’exploration des transformations de l’habitat ; celle de l’intrication entre projets de recherche, projets artistiques ou documentaires et projets politiques ; enfin, celle de la photographie comme reflet du regard que les sciences sociales portent sur ces transformations.

Affiche à télécharger : affiche-je-7mars2011-A3

Programme à télécharger : programme-je-7mars-A4


La photo de janvier

Prémisses de gentrification au Kremlin-Bicêtre (94)

Par Héloïse Nez

L’avenue de Fontainebleau au Kremlin-Bicêtre, qui connaît de profondes transformations urbaines depuis la construction d’un monumental centre commercial sur d’anciennes friches industrielles, compte un nouveau service de restauration rapide depuis début janvier 2011. Le look du magasin et sa spécialité, la vente de sushis sur place et à emporter, contrastent avec les commerces traditionnels sur l’avenue et illustrent les débuts d’un processus de gentrification dans cette partie de la ville.

Photographier la ville

Ce carnet de recherche a pour thématique les usages de la photographie dans la recherche urbaine. L’objectif principal de notre projet est de constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la ville et souhaitant développer l’usage de la photographie comme instrument de collecte des données dans leurs recherches. Ce réseau se veut à la fois interdisciplinaire et international. Un axe d’échange avec l’Allemagne est privilégié dans un premier temps.

L’hypothèse sous-jacente de notre projet consiste à dire que l’étude des mutations urbaines contemporaines nécessite de développer de nouvelles méthodes de recherche. Les échanges réunissant les chercheurs participant à ce projet s’orientent ainsi autour de la problématique suivante : En quoi l’usage de la photographie comme instrument de collecte de données permet-il de répondre aux défis méthodologiques soulevés par les mutations des villes contemporaines ?

Aux Etats-Unis, l’usage de la photographie comme mode de collecte de données est utilisé depuis plusieurs décennies en anthropologie sociale, en histoire et en psychologie (Collier, Collier, 1967 ; Mead, Bateson, 1942). En France, sa diffusion date des années 1980 et reste limitée à certaines disciplines des sciences sociales (Garrigues, 1991 ; Piette, 1992 ; Terrenoire, 1985). La réflexion épistémologique et méthodologique oscille entre des considérations générales sur le médium photographique (Barthes, 1980 ; Belting, 2004 [2001] ; Sontag, 1993 [1977]), l’histoire de son usage en sciences sociales (Barthe, Pierre, 1999 ; Edwards, 1992 ; Maresca, 1997 ; Pierre, 2001/2002 ; Rouillé, 1991 ; Samain, 1995) et des comptes rendus d’enquête qui n’envisagent pas toujours les conditions dans lesquelles le dispositif utilisé peut être transposé à d’autres objets (Antoniadis, 2000 ; Conord, 2000 ; Papinot, 1993 ; Tornay, 1991).

L’enjeu de ce projet est ainsi de contribuer à la réflexion épistémologique et méthodologique initiée dans plusieurs disciplines à partir de deux entrées thématiques permettant de centrer l’analyse sur les transformations urbaines contemporaines : 1/ Les transformations de l’habitat dans les villes européennes ; 2/ les rapports à l’espace urbain dans les villes européennes.