Les conclusions du colloque Photographier la ville

Par Sylvain Maresca

L’appel à communication a suscité 75 propositions, dont seulement une vingtaine ont été présentées lors des deux journées de colloque. Ce succès révèle le développement du recours aux images, en particulier photographiques, dans la pratique des (jeunes) chercheurs en sciences sociales. Nous assistons de fait à l’essor d’une culture visuelle dans ces disciplines.

Je vais commencer par récapituler les différents usages de la photographie dans les recherches qui nous ont été présentées.

Production de photos sur le terrain d’enquête :

  • Entrée et acceptation sur le terrain (Conord).
  • Technique d’observation : gentrification (Launay, Nez) ; propreté des rues (Guinchard) ; usages de la rue (Nitescu) ; traces des clandestins (Thomas) ; anonymat dans la rue (Jarrigeon) ; frontières à Belfast (Ballif) ; usage d’une place publique à Barcelone (Monnet) ; projet urbain participatif (Mamou) ; atlas de Venise (Andrieux).
  • Représentations des acteurs concernés, à travers la réalisation de leurs propres photos : propreté des rues (Guinchard) ; image de leur quartier (Schoepfer).
  • Interview à partir de photos (photo-élicitation) : image de leur quartier, à Genève (Schoepfer) et Berlin (Cuny) ; propreté des rues (Guinchard).

Analyse d’un corpus de photographies existantes :

  • Traces du passé urbain, à Paris (Backouche ; Bonzon, Chirio, Lemire) ou sollicitant la mémoire des habitants actuels : Crète (Ballesta).
  • Atlas photographique de Venise (Andrieux).
  • Missions photographiques : ex-Allemagne de l’Est (Bertho) ; Beyrouth (Brones).
  • Fonds d’un même photographe : Johannesburg (Feyder).
  • Photos de presse (Marino, Poirier).

Au total, on retrouve sensiblement les mêmes usages que dans les autres domaines de recherche des sciences sociales lorsque celles-ci sollicitent la photographie.

Je voudrais à présent soulever quelques questions sur la pratique de la photographie par les chercheurs, à partir des cas concrets présentés durant ces deux jours :

La photographie contribue au travail d’observation, mais qu’apporte-t-elle de plus qu’une bonne description écrite ? Souvent, le chercheur voit dans ses propres photos ce qu’il sait ou ce qu’il a appris, compris de la situation photographiée. Mais ses photos le donnent-elles à voir ?

Dessiner, photographier et/ou filmer ? Comment choisir et pour faire quoi (Mamou) ?

On ne photographie que du visible. Est-ce adapté pour ce qui ne l’est pas ou se dérobe à la vue du chercheur (Thomas) ? Ne pas négliger l’intérêt d’autres formes de traces, comme par exemple les sons.

La posture de photographe est-elle toujours clairement assumée par les chercheurs (qui souvent sont de simples amateurs) ? 1. On a vu que le fait de prendre des photos dévoilait la posture d’observateur et devenait du même coup source de difficultés là où cette posture n’avait pas été explicitée ou assumée comme telle. 2. Assumer sa position d’observateur ne signifie pas nécessairement qu’on assume celle de photographe, laquelle n’engage pas la même forme d’implication, qui ne suscite pas les mêmes réactions, qui ne provoque pas le même registre de perturbations.

Les photos des chercheurs sont-elles suffisamment élaborées, maîtrisées techniquement, pour constituer de bons documents ? Un protocole photographique a-t-il été pensé et mis en œuvre en vue d’obtenir les résultats visuels souhaités ?

Il peut se révéler intéressant de collaborer avec un photographe professionnel, non pas seulement pour assurer la réussite formelle des images, mais surtout parce qu’un photographe professionnel prévoit l’utilisation de ses images et les compose en fonction (Halliday, Kohler).

Une des grandes richesses de ce colloque provient, à mes yeux, de la confrontation entre les chercheurs en sciences sociales et les architectes-urbanistes-géographes, qui eux aussi photographient la ville. Or, ces derniers ont une culture professionnelle de l’image : « La photographie est un outil de travail indispensable à l’architecte depuis le début de ses études et ses premiers projets. L’architecte est un être essentiellement visuel. » (Nitescu). De même, les géographes travaillent sur des cartes, des graphiques, etc. Ces différents spécialistes produisent des images conçues explicitement pour la publication, qui elle-même ne se conçoit pas sans images de toute sorte. Alors que la sociologie ou l’ethnologie demeurent avant tout textuelles.

Il y aurait beaucoup à apprendre des premiers pour savoir comment outiller la photographie en vue d’en faire un véritable instrument producteur de connaissances et pas seulement d’illustrations. Exemples de l’architecte Jérôme Chenal dans sa thèse sur les métropoles africaines (protocole de prise de vue très élaboré et traitement sophistiqué des images) ; ou encore de l’atlas Migropolis sur Venise (conçu depuis le reportage jusqu’à la mise en page finale ; Andrieux).

Ce qui suppose d’y travailler non seulement dès le stade de la prise de vue, mais encore au stade de la publication des images. Souvent, un simple cliché ne suffit pas ; il est nécessaire de le détailler, de le compléter par l’ajout d’éléments graphiques explicitant ce qu’il faut y voir, ce qui se révèle pertinent pour l’observateur averti (et que le lecteur ne perçoit pas directement). Un véritable travail de mise en forme et de mise en page s’impose.

Peut-être aussi ne faut-il pas se contenter des photos prises lors du travail de terrain (qui s’apparentent à de simples prises de notes visuelles), mais retourner faire des photos au terme du travail de traitement et d’analyse des données, sur la base de la construction que le chercheur s’est faite de ce qu’il y avait à comprendre dans les situations étudiées. Il composerait alors des images par lesquelles il ne chercherait plus à restituer la réalité, mais à donner à voir ce qu’il en a compris.

Intérêt dans cette perspective des moyens multimédias actuels :

  • pour publier les images produites, au delà du peu que permettent les publications papier ;
  • pour les assortir de compléments descriptifs et analytiques susceptibles d’en faire des documents accessibles et réutilisables par d’autres (Monnet) ;
  • pour constituer de la sorte des fonds d’images, des archives cumulatives. En particulier sur les quartiers déjà beaucoup photographiés par des chercheurs comme La Goutte d’Or ou Belleville à Paris.

Pour parvenir à ce résultat, il faut d’une part avoir prévu la production de photos en fonction de ces utilisations ultérieures et d’autre part les « éditer », donc se livrer à un travail complémentaire qui déborde de la simple mise en forme des résultats de la recherche et en assure la mise en commun. On commence à voir ce type de mise en valeur à l’œuvre sur certaines plateformes collaboratives comme crevilles.org (“Centre de ressources électroniques sur les villes”) ou encore hypotheses.org (qui regroupe de nombreux carnets de recherche). Sans oublier la réflexion sur les images développée par Culture visuelle, dont les apports seraient profitables à la production de photographies de recherche.

Retrouvez ce texte et débattez avec Sylvain Maresca, sur son blog :

http://culturevisuelle.org/viesociale/3596

Colloque international

Photographier la ville contemporaine (XIXe-XXIe siècles)

Les usages de la photographie dans la recherche urbaine

8 et 9 décembre 2011

Nanterre

Co-organisé par le CRESPPA-CSU, le LAVUE et l’Université HafenCity de Hambourg dans le cadre du programme de formation-recherche du CIERA « Photographier la ville contemporaine » et de l’axe « Penser la ville contemporaine » de la MSH Paris-Nord avec le soutien du Conseil régional d’Ile-de-France, de la ville de Nanterre et du programme PUCA/Université Paris 8 « Aménagement de l’espace et dispositifs participatifs ».

Téléchargez le programme et l’ensemble des informations ICI

Argument

Ce colloque clôt un séminaire international et interdisciplinaire organisé en 2010-2011 sur les usages de la photographie comme méthode de collecte de données dans les recherches urbaines. Il reprend la problématique générale du programme et s’adresse à l’ensemble des disciplines des sciences sociales (histoire, anthropologie, sociologie, science politique, géographie, économie, urbanisme, sciences de l’information) : qu’apporte la photographie, considérée comme une source, une méthode d’enquête ou un mode de restitution de la recherche, à l’analyse des transformations urbaines aux XIXe, XXe et XXIe siècles ?

La photographie est une construction sociale offrant des perspectives innovantes sur la ville et ses transformations. Les photographies auxquelles s’intéresse ce colloque sont, en effet, produites par l’ensemble des acteurs de la ville contemporaine et de la recherche urbaine (citadins, professionnels de la ville, pouvoir politique, médias, professionnels de l’image, participants à une enquête, chercheurs en sciences sociales, etc.), dans des contextes sociaux très divers (vie quotidienne et familiale, loisirs, activité professionnelle ou artistique, bénévole ou militante, enquête). Ce colloque poursuit deux objectifs : considérer ces usages dans leur diversité et mettre en évidence leurs apports pour la recherche urbaine.


Journée d’étude

Der fotografische Vergleich in der Stadtforschung: Themen, Dimensionen und Potenziale

Atelier III, 11.7.2011, HafenCity Universität (HCU), Hamburg


Der 3. Workshop der Seminarreihe « Photographier la ville » widmet sich dem Themenkomplex „Der fotografische Vergleich in der Stadtforschung ». Während der Vergleich in der Stadtforschung zunehmend theoretisiert wird, fehlt bislang eine systematische Diskussion über das Potenzial der Fotografie in diesem Zusammenhang. Welche Dimensionen kann das Medium der Fotografie zum Vergleich beitragen? Für welche Vergleichsanordnungen und Themen eignet sich die Fotografie in der Stadtforschung? Wie wird Fotografie als Medium des Vergleichs in den stadtforschenden Disziplinen eingesetzt?


Diesen fotografischen Dimensionen des Vergleichs gehen wir in zwei Perspektiven nach:


Im ersten Teil steht unter dem Titel „6 Fotografen, 17.000 Fotografien und ein Stadtentwicklungsprojekt: Vergleichsdimensionen eines Buches“ Stadtfotografie als zentrales Medium der Auseinandersetzung mit urbanem Raum und Aneignungspraktiken zur Diskussion.


Der zweite Teil « Stadtfotografie als vergleichende Forschungs- und Alltagspraxis » thematisiert Ansätze der Stadtforschung, in denen Fotografie als Instrument des Vergleichs einen forschenden Zugang neben anderen darstellt. Für welche vergleichenden Fragestellungen eignet sich hier die Fotografie, in welcher Phase der Forschung kommt sie zum Einsatz, wie wird sie verarbeitet?


Beide Perspektiven sind Ergebnis der im ersten Workshop entwickelten Forschungsfragen hinsichtlich des Potenzials fotografischer Methoden in der Stadtforschung. Neben KollegInnen aus dem bereits bestehenden Netzwerk werden MitarbeiterInnen der HafenCity Universität, der Humboldt Universität zu Berlin und der Eberhard-Karls-Universität Tübingen ihre Arbeit zur Diskussion stellen.

Programm

11.7.2011, 10-18 Uhr, HafenCity Univeristiät, Averhoffstraße 38, 22085 Hamburg

(http://www.hcu-hamburg.de/)

6 Fotografen, 17.000 Fotografien und ein Stadtentwicklungsprojekt: Vergleichsdimensionen eines Buches

10:00-12:30 h

Chair: Alexa Färber, Urban Anthropology, HCU Hamburg

Martin Kohler (City development, HCU):

« A pile of pictures and an ethnographic toolbox – how to visualize social processes in the public space of the HafenCity Hamburg as photographic representations? »

Diskussion : Héloïse Nez, Sociology, LAVUE-CRH, Paris ; Hortense Soichet, Fotografin, Paris

12:30-14:00 h Mittagessen

Stadtfotografien als vergleichende Forschungs- und Alltagspraxis

14:00-15:30 h

Chair: Cécile Cuny, Sociology, CRESPPA-CSU, Paris

Juliette Aubrun (History, Universität Versailles Saint-Quentin en Yvelines):

« From document to instrument: Photography as comparative mean in diachronic historical research. »

Madlen Pilz/Melanie Krebs (Cultural anthropology, HU Berlin):

« Photographic urban transects. A comparative approach to Baku and Tbilisi. »

Melanie Keding (Cultural anthropology, Universität Tübingen):

« Looking, Seeing, Taking Pictures: A comparative study of observational practices in urban space. »

15:30-16:00 h pause

Debatte

Diskussion: Lydie Launay, Sociology, LAVUE-CRH, Paris ; Janina Kriszio, Kultur der Metropole, HCU Hamburg

16:00-17:00 h

Téléchargez le programme ici :/ Download the programm here : / Programm hier runterladen: programme-journee-hambourg-11072011

 

Journée d’étude

« Photographie et enquête sociale sur l’habitat : une affinité élective ? »

le 7 mars 2011, 10h-17h, à l’ENSA Paris Val-de-Seine, salle 718 (7e étage).

L’objectif de cette journée d’étude est de revenir sur les enjeux sociaux, politiques, culturels et scientifiques que soulève la proximité entre les démarches documentaires et scientifiques à partir de travaux portant plus spécifiquement sur les transformations de l’habitat dans les grandes métropoles occidentales.

La journée se décomposera en deux sessions. La première examinera les liens entre photographie et enquête sociale à travers le travail de documentation photographique que mène le photographe Camilo José Vergara sur les transformations des ghettos américains depuis les années 1970. La deuxième session sera consacrée à la confrontation entre trois projets photographiques portant sur l’habitat ouvrier dans les villes françaises aux 19e-21e siècles: celui de l’Union Photographique Française, une association ouvrière qui photographie les quartiers ouvriers parisiens à la fin du 19e siècle, le travail mené par Philippe Bonnin, anthropologue et photographe, sur les transformations des intérieurs ouvriers, enfin un reportage réalisé par la photographe Hortense Soichet sur la « zone urbaine sensible » de la Goutte d’Or.

Ces travaux seront discutés à l’aune de trois questions : celle de la photographie comme mode d’exploration des transformations de l’habitat ; celle de l’intrication entre projets de recherche, projets artistiques ou documentaires et projets politiques ; enfin, celle de la photographie comme reflet du regard que les sciences sociales portent sur ces transformations.

Affiche à télécharger : affiche-je-7mars2011-A3

Programme à télécharger : programme-je-7mars-A4


Photographier la ville

Ce carnet de recherche a pour thématique les usages de la photographie dans la recherche urbaine. L’objectif principal de notre projet est de constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la ville et souhaitant développer l’usage de la photographie comme instrument de collecte des données dans leurs recherches. Ce réseau se veut à la fois interdisciplinaire et international. Un axe d’échange avec l’Allemagne est privilégié dans un premier temps.

L’hypothèse sous-jacente de notre projet consiste à dire que l’étude des mutations urbaines contemporaines nécessite de développer de nouvelles méthodes de recherche. Les échanges réunissant les chercheurs participant à ce projet s’orientent ainsi autour de la problématique suivante : En quoi l’usage de la photographie comme instrument de collecte de données permet-il de répondre aux défis méthodologiques soulevés par les mutations des villes contemporaines ?

Aux Etats-Unis, l’usage de la photographie comme mode de collecte de données est utilisé depuis plusieurs décennies en anthropologie sociale, en histoire et en psychologie (Collier, Collier, 1967 ; Mead, Bateson, 1942). En France, sa diffusion date des années 1980 et reste limitée à certaines disciplines des sciences sociales (Garrigues, 1991 ; Piette, 1992 ; Terrenoire, 1985). La réflexion épistémologique et méthodologique oscille entre des considérations générales sur le médium photographique (Barthes, 1980 ; Belting, 2004 [2001] ; Sontag, 1993 [1977]), l’histoire de son usage en sciences sociales (Barthe, Pierre, 1999 ; Edwards, 1992 ; Maresca, 1997 ; Pierre, 2001/2002 ; Rouillé, 1991 ; Samain, 1995) et des comptes rendus d’enquête qui n’envisagent pas toujours les conditions dans lesquelles le dispositif utilisé peut être transposé à d’autres objets (Antoniadis, 2000 ; Conord, 2000 ; Papinot, 1993 ; Tornay, 1991).

L’enjeu de ce projet est ainsi de contribuer à la réflexion épistémologique et méthodologique initiée dans plusieurs disciplines à partir de deux entrées thématiques permettant de centrer l’analyse sur les transformations urbaines contemporaines : 1/ Les transformations de l’habitat dans les villes européennes ; 2/ les rapports à l’espace urbain dans les villes européennes.