Journée d’étude

« Circulations, références, emprunts : quelle(s) culture(s) visuelle(s) dans les études urbaines ? »

1er MARS 2013

Institut d’Urbanisme de Paris

61 avenue du Général de Gaulle, Créteil

M° 8 – Créteil Université

L’objectif de cette journée d’étude est d’interroger de manière réflexive et critique les usages de l’image de chercheurs-photographes et/ou vidéastes dans les études urbaines : quelles proximités formelles, techniques ou méthodologiques existe-t-il entre leurs productions visuelles et celles d’autres univers de création ? quels emprunts les chercheurs – lorsqu’ils sont aussi producteurs d’images – font-ils aux productions artistiques et médiatiques ? De quelle nature sont ces emprunts et comment en rendre compte à l’intérieur d’une recherche en sciences sociales ? Ce travail référentiel plus ou moins assumé sert-il le déploiement d’épistémologies spécifiques ? Quels effets l’intersémioticité construite délibérément mais également repérable par d’autres exerce-t-elle sur la construction et la diffusion du savoir en sciences sociales ? 

Programme

Appel à articles

Dossier pour la revue Participation http://www.revue-participations.fr/

Texte de l’appel à télécharger en format pdf

Photographie et film : antidotes à la domination politique ?

Coordinatrices : Cécile Cuny (Institut français d’urbanisme, Lab’Urba) et Héloïse Nez (Université François Rabelais de Tours, CITERES)

Problématique :

Ce dossier vise à interroger de façon critique le projet de démocratisation de l’accès à la parole qui sous-tend le recours à l’image photographique et filmique dans des expériences de participation politique, qu’il s’agisse de dispositifs institués ou de mobilisations sociales. La photographie et le film se sont en effet démocratisés dès les années 1950-1960 avec les premiers appareils amateurs et le format Super 8 commercialisés par Kodak (Bourdieu, 1965). Par rapport au dessin, ces procédés d’enregistrement mécaniques rendent la réalisation de reproductions fidèles de la réalité moins dépendantes de l’habileté de l’opérateur, même si, contrairement à l’approche naïve diffusée par les slogans commerciaux, l’appareil ne fait pas tout (Rouillé, 1989 ; Rouillé, 1991 ; Peroni, 1996). Le numérique n’a fait que renforcer cette démocratisation puisqu’il est aujourd’hui possible de faire des photographies ou des films avec un téléphone portable (Jarrigeon, Menrath, 2010). Par contraste, la cartographie ou l’imagerie 3D restent encore largement monopolisés par les professionnels (architectes, urbanistes, géographes) (Basile, Terrin, 2009 ; Berger, 2009 ; Masboungi, McClure, 2007).

La photographie et le film sont ainsi sollicités dans un nombre croissant de dispositifs participatifs, à l’initiative des habitants ou des acteurs institutionnels (ateliers de photographie, balades urbaines, projets d’urbanisme participatif ou de community planning, etc.), parce qu’ils représenteraient des supports de participation et d’interaction permettant à des catégories habituellement peu présentes dans les formes conventionnelles de participation (jeunes et/ou catégories populaires) de s’exprimer dans des formats qui correspondent mieux à leurs dispositions sociales (Jouët, 2009 ; Danic, Delalande, Rayou, 2006). Par ailleurs, la photographie et le film sont mobilisés par un nombre croissant de mouvements sociaux, qui cherchent à contester le discours médiatique dominant. La démocratisation des supports d’enregistrement numériques leur permettent de donner un autre point de vue sur leurs mobilisations et de diffuser les images qu’ils produisent sur Internet et les réseaux sociaux.

Le recours à l’image peut-il contrecarrer les effets de domination à l’œuvre dans les expériences de participation ? L’entrée par l’image s’inscrit ici dans le cadre d’une approche à la fois critique et réaliste de la délibération. De nombreux auteurs reprochent en effet aux théories de la délibération leur logo-centrisme : parler en public requiert des compétences à agir et à s’exprimer dans des formes acceptables loin d’être universellement partagées (Fraser, 2001[1992] ; Young, 1996).Quelle place la photographie et le film occupent-ils ou peuvent-ils occuper dans l’élargissement des registres de participation et de prise de parole ? L’image

permet-elle de réintroduire des éléments plus sensibles, notamment des émotions, dans la discussion ? Le dossier explorera la tension sous-jacente au recours à l’image, qui est susceptible de constituer une ressource pour que les dominés prennent la parole et fassent valoir leur point de vue, mais qui risque aussi de les enfermer dans les registres du visuel et du sensible. Il peut en effet sembler paradoxal que des outils, avant tout visuels, puissent contribuer à une prise de parole publique : quelle contribution offrent-ils à la reconnaissance sociale et politique des groupes sociaux qui les mobilisent, à l’expression publique de leurs points de vue sur la réalité sociale et politique qu’ils vivent et que d’autres qu’eux peuvent ou ont pu dénoncer ? De plus, l’usage de ces outils suppose l’acquisition d’une technique et la maîtrise de formats, dont on peut supposer qu’ils sont aussi inégalement distribués dans la population. Comment et à quelles conditions ce type d’outils favorise-t-il la prise de parole de publics habituellement exclus de la vie politique ? Lorsqu’ils sont mobilisés, quelle est leur fonction dans la discussion publique ? Quelles relations impliquent-ils entre le photographe ou le cinéaste, les habitants, les acteurs institutionnels et éventuellement les chercheurs ? Comment les citoyens peuvent-ils se former eux-mêmes à l’utilisation de ces outils ? Les contributions s’intéresseront aux apprentissages dont on peut en tirer, du point de vue de la recherche, sur les ressources de la participation, sur les effets de domination politique et sur les conditions de la prise de parole en public.

Cet appel à articles s’adresse à tout chercheur souhaitant présenter les résultats d’une enquête empirique s’inscrivant dans le champ des sciences sociales (histoire, anthropologie, géographie, sociologie, urbanisme, sciences politiques, sciences de l’information) et traitant des usages de la photographie ou du film dans le contexte d’une expérience de participation politique (dispositif participatif ou mouvement social). Les producteurs de ce type d’images sont les participants de ces expériences ainsi que les professionnels (photographes, cinéastes, artistes) ou les chercheurs qui s’engagent à leur côté. Le dénominateur commun des corpus d’images présentées sera ainsi la volonté de témoigner, de l’intérieur, d’une expérience de participation politique, en restituant le point de vue de ceux qui – habitants, usagers, citoyens, salariés ou militants – constituent les acteurs principaux de ces expériences.

Deux champs pourront notamment être investis, sachant que d’autres terrains d’enquête sont également bienvenus (partis politiques, associations, coopératives, controverses socio-techniques, etc.) :

  • Les expériences d’urbanisme participatif qui, dans le cadre des politiques dites de « développement durable », visent à élaborer une « vision partagée du territoire » : la photographie et le film sont des outils privilégiés dans la concertation autour de projets urbains, parce que l’urbanisme fait déjà largement appel à l’image dans sa production (photographies, cartographie, images de synthèse). Quel est l’effet du recours à la photographie et au film sur les représentations que les « usagers » ont de la ville (processus de cadrage, de formatage) ? Inversement, quelles contraintes le recours à ces outils exerce-t-il sur le travail de conception et de coordination des professionnels de la ville (bureaux d’étude, services techniques des collectivités) ? Leurs représentations du projet urbain en sortent-elles vraiment transformées ?

  • Les mobilisations collectives, qui font de plus en plus le lien entre l’image et les nouvelles technologies de l’information et de la communication : les révolutions récentes dans les pays du Maghreb ou les mouvements des « indignés » et « occupants » en Europe et en Amérique du Nord ont montré que l’image photographique ou filmique, produites par les professionnels s’engageant aux côtés des participants ou par les participants eux-mêmes, jouait un rôle central dans ce type de luttes, à travers des supports d’enregistrement numériques comme les téléphones portables et l’utilisation du web 2.0 pour la diffusion des images (Facebook, Twitter, blogs, etc.).Comment les mouvements sociaux utilisent-ils la photographie et le film, en lien avec l’usage d’Internet et des réseaux sociaux, pour produire et diffuser un point de vue sur leurs mobilisations autre que celui relayé par les médias ?

Modalités pratiques :

Les articles, d’une longueur maximale de 60 000 signes et mis aux normes de la revue, sont à envoyer pour le 30 septembre 2012, à Cécile Cuny (Cecile.Cuny-robert@univ-paris-est.fr) et à Héloïse Nez (heloise.nez@gmail.com).

Références bibliographiques :

Basile, Maria, Terrin, Jean-Jacques, 2009, « Le projet IP CITY : une recherche sur la place des technologies de réalité mixte dans les représentations du projet urbain », Flux, n° 78, pp. 58-67

Berger, Mathieu, 2009, Répondre en citoyen ordinaire. Enquête sur les « engagements profanes » dans un dispositif d’urbanisme participatif à Bruxelles, Thèse de sciences sociales, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles.

Bourdieu, Pierre (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Editions de Minuit, 1965.

Danic, Isabelle, Delalande, Julie, Rayou, Patrick, 2006, Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales, Rennes, PUR.

Fraser, Nancy, 2001[1992], « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », Hermès, n° 31, pp. 125-156.

Jarrigeon, Anne, Menrath, Joëlle, 2010, « De la créativité partagée au chahut contemporain. Le téléphone mobile au lycée », Ethnologie française, vol. 40, n° 1, pp. 109-114.

Jouët, Josiane, 2009, « The Internet as a new civic form. The hybridization of popular and civic web uses in France », Javnost – The Public, vol. 16, n° 1, pp. 59-72.

Masboungi, Ariella, McClure, Bert, 2007, « La représentation graphique en questions », Urbanisme, n° 357, pp. 39-43

Peroni, Michel, 1996, « Quelle validité documentaire pour le matériau photographique ? Le cas de la photographie du travail », in Peroni, Michel, Roux, Jacques (dir.), Le travail photographié, Paris, CNRS Editions, pp. 1995-225.

Rouillé, André, 1989, La photographie en France. Textes et controverses : une anthologie (1816-1871), Paris, Macula.

Rouillé, André, 1991, « Le document photographique en question », L’ethnographie, n° 109, pp. 83-95.

Young, Iris Marion, 1996, « Communication and the Other : Beyond Deliberative Democracy », in Benhabib, Sheyla (dir.), Democracy and Difference. Contesting the Boundaries of the Political, Princeton, Princeton University Press, pp. 120-135.


 

Les conclusions du colloque Photographier la ville

Par Sylvain Maresca

L’appel à communication a suscité 75 propositions, dont seulement une vingtaine ont été présentées lors des deux journées de colloque. Ce succès révèle le développement du recours aux images, en particulier photographiques, dans la pratique des (jeunes) chercheurs en sciences sociales. Nous assistons de fait à l’essor d’une culture visuelle dans ces disciplines.

Je vais commencer par récapituler les différents usages de la photographie dans les recherches qui nous ont été présentées.

Production de photos sur le terrain d’enquête :

  • Entrée et acceptation sur le terrain (Conord).
  • Technique d’observation : gentrification (Launay, Nez) ; propreté des rues (Guinchard) ; usages de la rue (Nitescu) ; traces des clandestins (Thomas) ; anonymat dans la rue (Jarrigeon) ; frontières à Belfast (Ballif) ; usage d’une place publique à Barcelone (Monnet) ; projet urbain participatif (Mamou) ; atlas de Venise (Andrieux).
  • Représentations des acteurs concernés, à travers la réalisation de leurs propres photos : propreté des rues (Guinchard) ; image de leur quartier (Schoepfer).
  • Interview à partir de photos (photo-élicitation) : image de leur quartier, à Genève (Schoepfer) et Berlin (Cuny) ; propreté des rues (Guinchard).

Analyse d’un corpus de photographies existantes :

  • Traces du passé urbain, à Paris (Backouche ; Bonzon, Chirio, Lemire) ou sollicitant la mémoire des habitants actuels : Crète (Ballesta).
  • Atlas photographique de Venise (Andrieux).
  • Missions photographiques : ex-Allemagne de l’Est (Bertho) ; Beyrouth (Brones).
  • Fonds d’un même photographe : Johannesburg (Feyder).
  • Photos de presse (Marino, Poirier).

Au total, on retrouve sensiblement les mêmes usages que dans les autres domaines de recherche des sciences sociales lorsque celles-ci sollicitent la photographie.

Je voudrais à présent soulever quelques questions sur la pratique de la photographie par les chercheurs, à partir des cas concrets présentés durant ces deux jours :

La photographie contribue au travail d’observation, mais qu’apporte-t-elle de plus qu’une bonne description écrite ? Souvent, le chercheur voit dans ses propres photos ce qu’il sait ou ce qu’il a appris, compris de la situation photographiée. Mais ses photos le donnent-elles à voir ?

Dessiner, photographier et/ou filmer ? Comment choisir et pour faire quoi (Mamou) ?

On ne photographie que du visible. Est-ce adapté pour ce qui ne l’est pas ou se dérobe à la vue du chercheur (Thomas) ? Ne pas négliger l’intérêt d’autres formes de traces, comme par exemple les sons.

La posture de photographe est-elle toujours clairement assumée par les chercheurs (qui souvent sont de simples amateurs) ? 1. On a vu que le fait de prendre des photos dévoilait la posture d’observateur et devenait du même coup source de difficultés là où cette posture n’avait pas été explicitée ou assumée comme telle. 2. Assumer sa position d’observateur ne signifie pas nécessairement qu’on assume celle de photographe, laquelle n’engage pas la même forme d’implication, qui ne suscite pas les mêmes réactions, qui ne provoque pas le même registre de perturbations.

Les photos des chercheurs sont-elles suffisamment élaborées, maîtrisées techniquement, pour constituer de bons documents ? Un protocole photographique a-t-il été pensé et mis en œuvre en vue d’obtenir les résultats visuels souhaités ?

Il peut se révéler intéressant de collaborer avec un photographe professionnel, non pas seulement pour assurer la réussite formelle des images, mais surtout parce qu’un photographe professionnel prévoit l’utilisation de ses images et les compose en fonction (Halliday, Kohler).

Une des grandes richesses de ce colloque provient, à mes yeux, de la confrontation entre les chercheurs en sciences sociales et les architectes-urbanistes-géographes, qui eux aussi photographient la ville. Or, ces derniers ont une culture professionnelle de l’image : « La photographie est un outil de travail indispensable à l’architecte depuis le début de ses études et ses premiers projets. L’architecte est un être essentiellement visuel. » (Nitescu). De même, les géographes travaillent sur des cartes, des graphiques, etc. Ces différents spécialistes produisent des images conçues explicitement pour la publication, qui elle-même ne se conçoit pas sans images de toute sorte. Alors que la sociologie ou l’ethnologie demeurent avant tout textuelles.

Il y aurait beaucoup à apprendre des premiers pour savoir comment outiller la photographie en vue d’en faire un véritable instrument producteur de connaissances et pas seulement d’illustrations. Exemples de l’architecte Jérôme Chenal dans sa thèse sur les métropoles africaines (protocole de prise de vue très élaboré et traitement sophistiqué des images) ; ou encore de l’atlas Migropolis sur Venise (conçu depuis le reportage jusqu’à la mise en page finale ; Andrieux).

Ce qui suppose d’y travailler non seulement dès le stade de la prise de vue, mais encore au stade de la publication des images. Souvent, un simple cliché ne suffit pas ; il est nécessaire de le détailler, de le compléter par l’ajout d’éléments graphiques explicitant ce qu’il faut y voir, ce qui se révèle pertinent pour l’observateur averti (et que le lecteur ne perçoit pas directement). Un véritable travail de mise en forme et de mise en page s’impose.

Peut-être aussi ne faut-il pas se contenter des photos prises lors du travail de terrain (qui s’apparentent à de simples prises de notes visuelles), mais retourner faire des photos au terme du travail de traitement et d’analyse des données, sur la base de la construction que le chercheur s’est faite de ce qu’il y avait à comprendre dans les situations étudiées. Il composerait alors des images par lesquelles il ne chercherait plus à restituer la réalité, mais à donner à voir ce qu’il en a compris.

Intérêt dans cette perspective des moyens multimédias actuels :

  • pour publier les images produites, au delà du peu que permettent les publications papier ;
  • pour les assortir de compléments descriptifs et analytiques susceptibles d’en faire des documents accessibles et réutilisables par d’autres (Monnet) ;
  • pour constituer de la sorte des fonds d’images, des archives cumulatives. En particulier sur les quartiers déjà beaucoup photographiés par des chercheurs comme La Goutte d’Or ou Belleville à Paris.

Pour parvenir à ce résultat, il faut d’une part avoir prévu la production de photos en fonction de ces utilisations ultérieures et d’autre part les « éditer », donc se livrer à un travail complémentaire qui déborde de la simple mise en forme des résultats de la recherche et en assure la mise en commun. On commence à voir ce type de mise en valeur à l’œuvre sur certaines plateformes collaboratives comme crevilles.org (“Centre de ressources électroniques sur les villes”) ou encore hypotheses.org (qui regroupe de nombreux carnets de recherche). Sans oublier la réflexion sur les images développée par Culture visuelle, dont les apports seraient profitables à la production de photographies de recherche.

Retrouvez ce texte et débattez avec Sylvain Maresca, sur son blog :

http://culturevisuelle.org/viesociale/3596

Colloque international

Photographier la ville contemporaine (XIXe-XXIe siècles)

Les usages de la photographie dans la recherche urbaine

8 et 9 décembre 2011

Nanterre

Co-organisé par le CRESPPA-CSU, le LAVUE et l’Université HafenCity de Hambourg dans le cadre du programme de formation-recherche du CIERA « Photographier la ville contemporaine » et de l’axe « Penser la ville contemporaine » de la MSH Paris-Nord avec le soutien du Conseil régional d’Ile-de-France, de la ville de Nanterre et du programme PUCA/Université Paris 8 « Aménagement de l’espace et dispositifs participatifs ».

Téléchargez le programme et l’ensemble des informations ICI

Argument

Ce colloque clôt un séminaire international et interdisciplinaire organisé en 2010-2011 sur les usages de la photographie comme méthode de collecte de données dans les recherches urbaines. Il reprend la problématique générale du programme et s’adresse à l’ensemble des disciplines des sciences sociales (histoire, anthropologie, sociologie, science politique, géographie, économie, urbanisme, sciences de l’information) : qu’apporte la photographie, considérée comme une source, une méthode d’enquête ou un mode de restitution de la recherche, à l’analyse des transformations urbaines aux XIXe, XXe et XXIe siècles ?

La photographie est une construction sociale offrant des perspectives innovantes sur la ville et ses transformations. Les photographies auxquelles s’intéresse ce colloque sont, en effet, produites par l’ensemble des acteurs de la ville contemporaine et de la recherche urbaine (citadins, professionnels de la ville, pouvoir politique, médias, professionnels de l’image, participants à une enquête, chercheurs en sciences sociales, etc.), dans des contextes sociaux très divers (vie quotidienne et familiale, loisirs, activité professionnelle ou artistique, bénévole ou militante, enquête). Ce colloque poursuit deux objectifs : considérer ces usages dans leur diversité et mettre en évidence leurs apports pour la recherche urbaine.


Journée d’étude

Der fotografische Vergleich in der Stadtforschung: Themen, Dimensionen und Potenziale

Atelier III, 11.7.2011, HafenCity Universität (HCU), Hamburg


Der 3. Workshop der Seminarreihe « Photographier la ville » widmet sich dem Themenkomplex „Der fotografische Vergleich in der Stadtforschung ». Während der Vergleich in der Stadtforschung zunehmend theoretisiert wird, fehlt bislang eine systematische Diskussion über das Potenzial der Fotografie in diesem Zusammenhang. Welche Dimensionen kann das Medium der Fotografie zum Vergleich beitragen? Für welche Vergleichsanordnungen und Themen eignet sich die Fotografie in der Stadtforschung? Wie wird Fotografie als Medium des Vergleichs in den stadtforschenden Disziplinen eingesetzt?


Diesen fotografischen Dimensionen des Vergleichs gehen wir in zwei Perspektiven nach:


Im ersten Teil steht unter dem Titel „6 Fotografen, 17.000 Fotografien und ein Stadtentwicklungsprojekt: Vergleichsdimensionen eines Buches“ Stadtfotografie als zentrales Medium der Auseinandersetzung mit urbanem Raum und Aneignungspraktiken zur Diskussion.


Der zweite Teil « Stadtfotografie als vergleichende Forschungs- und Alltagspraxis » thematisiert Ansätze der Stadtforschung, in denen Fotografie als Instrument des Vergleichs einen forschenden Zugang neben anderen darstellt. Für welche vergleichenden Fragestellungen eignet sich hier die Fotografie, in welcher Phase der Forschung kommt sie zum Einsatz, wie wird sie verarbeitet?


Beide Perspektiven sind Ergebnis der im ersten Workshop entwickelten Forschungsfragen hinsichtlich des Potenzials fotografischer Methoden in der Stadtforschung. Neben KollegInnen aus dem bereits bestehenden Netzwerk werden MitarbeiterInnen der HafenCity Universität, der Humboldt Universität zu Berlin und der Eberhard-Karls-Universität Tübingen ihre Arbeit zur Diskussion stellen.

Programm

11.7.2011, 10-18 Uhr, HafenCity Univeristiät, Averhoffstraße 38, 22085 Hamburg

(http://www.hcu-hamburg.de/)

6 Fotografen, 17.000 Fotografien und ein Stadtentwicklungsprojekt: Vergleichsdimensionen eines Buches

10:00-12:30 h

Chair: Alexa Färber, Urban Anthropology, HCU Hamburg

Martin Kohler (City development, HCU):

« A pile of pictures and an ethnographic toolbox – how to visualize social processes in the public space of the HafenCity Hamburg as photographic representations? »

Diskussion : Héloïse Nez, Sociology, LAVUE-CRH, Paris ; Hortense Soichet, Fotografin, Paris

12:30-14:00 h Mittagessen

Stadtfotografien als vergleichende Forschungs- und Alltagspraxis

14:00-15:30 h

Chair: Cécile Cuny, Sociology, CRESPPA-CSU, Paris

Juliette Aubrun (History, Universität Versailles Saint-Quentin en Yvelines):

« From document to instrument: Photography as comparative mean in diachronic historical research. »

Madlen Pilz/Melanie Krebs (Cultural anthropology, HU Berlin):

« Photographic urban transects. A comparative approach to Baku and Tbilisi. »

Melanie Keding (Cultural anthropology, Universität Tübingen):

« Looking, Seeing, Taking Pictures: A comparative study of observational practices in urban space. »

15:30-16:00 h pause

Debatte

Diskussion: Lydie Launay, Sociology, LAVUE-CRH, Paris ; Janina Kriszio, Kultur der Metropole, HCU Hamburg

16:00-17:00 h

Téléchargez le programme ici :/ Download the programm here : / Programm hier runterladen: programme-journee-hambourg-11072011